La LGV sera à Toulouse entre 2022 et 2025, comme prévu

En accusant le Maire de Toulouse, de « trahison » parce que celui-ci c’était réjouit du contenu du rapport Duron remis il y a quinze jours au  Ministre des Transports et au Premier Ministre , Jean-Luc  Moudenc fait une faute politique majeure et commet une faute morale envers tous les Toulousains.

Pour François Briançon, le Président du Groupe Socialiste, Radical et Républicain, «aveuglé par son combat personnel contre Pierre Cohen, le chef de file de l’opposition n’a sans doute ni lu avec attention le rapport Mobilité 21, ni écouté la réaction gouvernementale à ses préconisations. Aujourd’hui le Premier Ministre apporte un démenti cinglant aux élucubrations mensongères du candidat UMP.

En effet, la LGV  Bordeaux-Toulouse est confirmée comme un projet prioritaire qui trouvera sa concrétisation AVANT 2030.  Frédéric Cuvellier, le Ministre des transports, avait déjà confirmé  l’investissement supplémentaire de l’Etat à hauteur de 28 ou 30 milliards d’euros en faveur des grands projets de transports prioritaires au niveau national, dont la liaison à grande vitesse Bordeaux Toulouse.

« Contrairement à ce qu’affirme Jean-Luc Moudenc, le rapport Duron n’évoque en aucune manière le calendrier des différents projets. Il confirme la nécessité de la LGV Bordeaux-Toulouse et valide sa faisabilité financière. Si Jean-Luc Moudenc l’avait consulté avec sérieux, il aurait évité le ridicule de son anathème. Aujourd’hui le projet est lancé, le calendrier est à l’œuvre. La LGV sera à Toulouse entre 2022 et 2025, comme prévu. A quoi joue Jean-Luc Moudenc en faisant croire aux Toulousains que des incertitudes pèsent encore sur sa réalisation ? » s’interroge François Briançon. «Les collectivités locales se sont battues pour obtenir ce résultat, nous avons convaincus le Gouvernement de son impérieuse nécessité. Il serait temps que l’opposition comprennent que notre action d’élus locaux ne vaut que dans le sens de l’intérêt général, celui de notre ville et de tous les Toulousains »

Au cirque pour Noël

2964169697_1_5_JJN5g3ml

Une réunion de travail sur le Cirque de Noël me donne l’occasion d’évoquer cet événement. On ne dira jamais assez combien cette manifestation est exceptionnelle et unique dans son genre. Géré par un collectif de comités d’entreprises de la région, avec le concours logistique et financier de la Ville de Toulouse, le Cirque de Noël, créé par Pierre Lartigues a enchanté des générations de toulousains. D’abord dans la Halle aux Grains, puis aujourd’hui sous un grand chapiteau sur le parking du Zénith, cet événement propose chaque année un spectacle d’une très grande qualité. La disparition, cette année, de son fondateur laisse un vide immense tant l’engagement, la présence et le dévouement de Pierre Lartigues était reconnu de tous. Autour d’un nouveau président, Alain Dumas, l’association et la Ville de Toulouse préparent en son honneur le prochain rendez-vous de décembre 2013.

Un pas historique vers l’égalité des droits

530524_la-garde-des-sceaux-christiane-taubira-pendant-le-debat-sur-le-mariage-homosexuel-a-l-assemblee-nationale-le-7-fevrier-2013-a-paris

Le Parlement a définitivement adopté ce mardi le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels. Comme tous mes collègues du Groupe Socialiste, Radical et Républicain de Toulouse je salue ce vote, ce pas historique vers l’égalité des droits.

Pourtant, cette avancée ne doit pas nous faire oublier les incidents qui ont émaillés les cinq derniers mois. Nous nous sommes, en effet, inquiétés, durant le mandat de Nicolas Sarkozy, des dérives d’une droite décomplexée, mais ce que nous avons entendu et vu lors de ce débat sur la loi pour le mariage pour tous va au-delà de nos craintes. Appels à la haine, au lynchage … l’obscurantisme et la violence n’ont plus eu de limites. L’UMP a choisi de défiler avec le FN, ses parlementaires ont sombré dans l’outrance et l’injure au sein même des Assemblées, nos députés ont été inondés de messages insultants ou menaçants. Je regrette, par ailleurs, le silence assourdissant des responsables de la droite locale et de leur leader Jean-Luc Moudenc sur ces dérives.

Il y a quatre ans, respectant l’engagement de Pierre Cohen nous étions heureux et fiers d’ouvrir le Capitole aux couples pacsés. Aujourd’hui nous sommes satisfaits de cette nouvelle avancée démocratique. Dans quelques semaines, nous partagerons bientôt le bonheur des couples, en officiant et recevant leur double  « oui » dans la salle des Illustres du Capitole.

Toulouse Métropole : réunion du conseil communautaire

483458_10200385579094871_732149544_n

C’est un conseil communautaire décentralisée qui se tient aujourd’hui à Saint Alban. Généralement nos assemblées délibératives ont lieu dans les salons Vanel au 6eme étage de l’Arche Marengo. Mais régulièrement les élus communautaires se réunissent dans une autre commune de la métropole. Après Tournefeuille et Brugieres c’est donc Saint-Alban et son maire Raymond -Roger Stramare qui nous accueillent.

Parmi les dizaines de délibérations que nous avons voté trois me paraissent particulièrement importantes.
La première concerne le maintien des taux d’imposition à un niveau inchangé par rapport à celui de 2012. Une décision importante qui permet de concilier le pouvoir d’achat et notre politique d’investissement et de développement.
La seconde concerne la création d’une Autorité Organisatrice du Numérique afin de piloter la stratégie du numérique de Toulouse Métropole, d’assurer une cohérence entre les initiatives mais aussi avoir un rôle d’impulsion, d’innovation et de prospective. Pour en savoir pus vous prouver télécharger ici la lettre de mission de cette nouvelle autorité.
Troisième dossier important que nous avons travaillé ce matin celui de l’Autonomie. La Communauté urbaine a, en effet, engagé une démarche « Autonomie », pour relever le défi du vieillissement de la population, dans le cadre de ses compétences (développement économique, habitat, transport, urbanisme…). Toulouse métropole propose un plan d’actions autour de 7 axes: développer les partenariats, développer sur les quartiers un modèle de prévention de la perte d’autonomie, intégrer les innovations dans les EHPAD, favoriser un habitat adapté, structurer l’approche économique du vieillissement, construire un projet numérique, renforcer le positionnement de la maison intelligente.
Pour mettre en place cette dynamique, nous formalisons aujourd’hui le partenariat entre Toulouse métropole, le Gérontopole du CHU de Toulouse et les communes ou leurs CCAS du territoire métropolitain qui s’engageront dans la démarche « Autonomie ».
Enfin, une délibération qui me tenait particulièrement à coeur, celle en l’honneur de mon ami Serge Levy pour baptiser de son nom le stade d’athlétisme de Sesquières. Décédé en décembre 2011 après une longue maladie, Serge Levy a consacré sa vie au sport et plus particulièrement à la course à pied. Après avoir foulé le macadam des terres les plus lointaines, il a voulu faire partager sa passion aux Toulousains en créant le Challenge Raphaël Levy (du nom de son père) regroupant de nombreuses courses à pied dont la plus populaire est la Corrida organisée, chaque année, au coeur de la ville rose. Face à la maladie, Serge Levy a fait preuve d’un courage exemplaire. Toujours souriant, il aimait la vie et son engagement dans le sport témoignait de son extraordinaire dynamisme. Sa disparition a été une épreuve douloureuse et une perte immense pour l’athlétisme. C’est pourquoi, en accord avec sa famille, j’ai proposé d’honorer sa mémoire en baptisant le complexe sportif communautaire de Sesquières en son nom.

Le dialogue métropolitain est en marche

Dialogue métropolitainToulouse, Saint Gaudens, Auch, Montauban, Cahors, Rodez, Albi, Castres, Carcassonne, Muret … les grandes villes de Midi-Pyrénées – et même au delà – ont annoncé, le lundi 8 avril, la création de l’ Association du Dialogue Métropolitain.

L’idée a été lancée il y a deux ans, par Pierre Cohen. En Midi-Pyrénées,  la moitié de la population de la région – 1,3 millions d’habitants – vit sur seulement 5 % du territoire. Les villes sont confrontées à des problématiques particulières, elles développent individuellement des excellences territoriales dans les domaines du tourisme, de la culture, du patrimoine, de l’économie …alors sur toutes ces questions pourquoi, à partir de l’attractivité de la métropole toulousaine, ne pas travailler ensemble ?

Les maires, les présidents des intercommunalités, de gauche comme de droite, ont immédiatement répondu présents, tout comme Martin Malvy Président du Conseil Régional : « Le dialogue métropolitain est une opportunité formidable car il ne repose sur aucune arrière- pensée ; dans le contexte actuel de crise, ce dialogue ne peut que nous aider à nous en sortir ensemble, en nous enrichissant les uns et les autres, de ce qui nous rapproche et nous différencie, au-delà de nos frontières administratives et de nos sensibilités politiques.  » précisent les maires lors de leur première rencontre.

Ce lieu d’échanges et de dialogue a pour vocation de trouver des réponses collectives, plus pertinentes aux défis lancés par la croissance démographique et l’attractivité des territoires urbains. Quatre axes de travail ont, pour l’instant, été définis : le numérique, la culture et le tourisme, l’économie innovante, et enfin le plan climat et l’urbanisme.

Retour confirmé pour le Carnaval

photo

La deuxième édition de la seconde vie du Carnaval de Toulouse vient de s’achever.

C’est de l’avis de tous une réussite.
L’an dernier, quelques jours après les attentats terroristes et antisémites  qu’avait connu Toulouse, la première édition avait un goût particulier. Celle d’une retenue, d’une dignité étroitement liée à l’envie d’être ensemble et de partager. Un an plus tard, les circonstances ne sont plus les mêmes.Plus de 40000 Toulousains se sont retrouvés dans la rue pour participer, voir défiler les chars et châtier Monsieur Carnaval.
IMG_2696
Beaucoup se rappellent les circonstances dans lesquelles le carnaval avait été arrêté, par la droite municipale, en 1988. Peur de la rue, peur de la fête, peur de la jeunesse …   les débordements de quelques imbéciles avaient servi immédiatement de prétexte à supprimer ce rendez-vous populaire. Aujourd’hui, la page est tournée :  les associations toulousaines et la Ville de Toulouse ont étroitement collaboré pour organiser dans les meilleures conditions le défilé. Aucun problème, aucun incident n’est venu ternir la fête et ce matin, grâce au travail des agents de la propreté, Toulouse avait repris son visage habituel.
IMG_2704
Quoiqu’en disent quelques grincheux et quelques égoïstes, Toulouse sait faire la fête dans le respect et la bonne humeur. Merci à toutes celles et tous ceux qui, hier soir, l’ont encore une fois prouvé.
IMG_2715

Roulez collectif !

COVOITURAGE

Hier matin réunion du conseil syndical de TISSEO-SMTC c’est à dire le Syndicat Mixte qui gère les transports en commun dans la grande agglomération toulousaine.

Rappelons que ce syndicat intervient sur le territoire de Toulouse Métropole, sur celui du Sicoval, sur celui de l’agglomération du Muretain et de plusieurs communes regroupées dans le Syndicat Intercommunal des Transports Publics de la Région Toulousaine (SITPRT).
Si nous avons régulièrement l’occasion d’évoquer le développement des transports en commun, le retour du tramway dans Toulouse, le prolongement de la ligne B du métro, les déplacements en modes doux … la question du covoiturage est beaucoup moins populaire.
Elle devient pourtant un élément important de la politique des transports en commun de la grande agglomération toulousaine.
L’ordre du jour du conseil syndical nous a permis d’en faire un bilan précis et de voir que cette question n’était pas une sympathique initiative aux résultats anecdotiques comme beaucoup pourraient le croire.

Le service de covoiturage Tisséo est ouvert aux salariés, dans le cadre d’une convention passée entre l’employeur et Tisséo (1 euro par salarié), et aux particuliers par inscription directe (5 euros). Un des avantages du service de covoiturage Tisséo est d’offrir une « garantie retour » en cas d’empêchement du conducteur : soit un nouvel équipage, soit une solution en transports en commun, soit une prise en charge en dernier recours par un taxi.

Depuis fin 2008, les résultats cumulés sont les suivants :

  • 76 entreprises conventionnées.
  • Plus de 6 800 inscrits.
  • Plus de 7 800 personnes mises en relation.
  • Plus de 5,4 millions de km évités.
  • Plus de 1,1 million de kg de CO2 épargné.

Depuis janvier 2010, le service est accessible en ligne : grâce à cette innovation technologique le nombre d’inscrits  a été multiplié par 2,5 (soit environ 4 000 inscrits supplémentaires), le nombre de mises en relation entre covoitureurs a été multiplié par 6,5 et le nombre de covoitureurs actifs a été multiplié par 4,4.

Au Canada et aux États-Unis le covoiturage –  car sharing –  est, depuis les années 60, très utilisé. En France,  le nombre d’initiatives ne cesse d’augmenter. Il est sûr que ce système de transport original, économique, écologique et surtout très conviviale va fortement se développer.

Belle saison pour le Toulouse Métropole Basket

201205131194

Hier soir se tenait, au petit Palais des Sports, le dernier match à domicile pour le Toulouse Métropole Basket.

Face à Lyon, cette belle saison s’est malheureusement terminée sur une défaite et prive nos basketteuses des playoffs. Pourtant le contrat est rempli : le maintien dans l’élite au terme d’une première année au plus haut niveau.
La ville de Toulouse a particulièrement soutenu ce projet symbole de notre volonté de mettre l’accent sur le sport féminin.
L’objectif était clair : installer sur les premières marches du sport français un club toulousain féminin en lui donnant des moyens nécessaires à son développement. Subvention doublée, mise à disposition du Palais des Sports, mobilisation de nos équipes aux cotés des dirigeants du club, … ce nouvel environnement a permis au basket féminin de sortir de l’ornière des années passées et de créer une véritable dynamique autour de lui.
En effet, ce qui fait la force et l’intérêt de ce projet c’est qu’il s’appuie sur une véritable politique de formation qui dans quelques années assurera au club la pérennité sportive.
Il fallait une vitrine supplémentaire pour le sport féminin toulousain : aux cotés des filles du TFC, des nageuses du Toec, du CT GYM, de la nation synchronisé, du rugby à XIII, de l’athlétisme, …le Toulouse Métropole Basket va désormais pouvoir poursuivre son développement et essayer de jouer les premiers rôles dans le basket national et peut-être demain européen. C’est en tous cas l’objectif que Philippe Legname, président de la Ligue Nationale de Basket Féminin est venu proposé hier soir, après le match, aux dirigeants, aux partenaires, au staff et aux joueuses du club. Prenant la parole juste après lui, je ne l’ai pas contredis.

La longue histoire des Dauphins

Dauphins

Hier nous avons, avec Pierre COHEN, remis à Jean-Louis TOURENQ  la médaille d’honneur de la Ville de Toulouse. Durant 20 années, Jean-Louis TOURENQ a présidé le club et poursuivi la légende débutée au début du XXe siècle pour en faire un des clubs les plus titrés de la natation française.

L’histoire des Dauphins est longue.  Elle se conjugue avec celle du TOEC,  né en 1908 de la fusion du Toulouse Olympique et du Toulouse Employé Club. Si l’aventure de ce club omnisports prestigieux s’écrit d’abord avec le rugby,  la section de natation qui débute dans la Garonne ou dans le canal de Brienne va très vite  devenir un pôle de référence. D’abord aux Ponts Jumeaux puis à partir du début des années 30 au Parc des Sports (l’actuel complexe Alfred Nakache) le club va se développer : Christian TALLI sera en premier nageur sélectionné aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936.

Depuis, c’est au plus haut niveau international que les générations de nageuses et de nageurs se succèdent et écrivent  l’histoire des Dauphins. Cette histoire c’est celle d’un entraineur Alban MINVILLE qui coacha la génération des Alfred NAKACHE, Alex JANY, Jean BOITEUX, ce dernier devenant en 1952 champion olympique sur 400m nage libre. Plus récemment c’est celle de Solenne FIGUES, championne du monde en 2005, de Malia METELLA médaille d’argent aux jeux olympiques de 2004, de Coralie BALMY championne d’Europe en 2008.
Aujourd’hui autour de Mehdy METELLA, de Julien SAUVAGE, d’Ophélie-Cyrielle ETIENNE, le club, désormais présidé par Vincent GARDEAU, poursuit sa prestigieuse route.
Mais ce parcours d’élite exceptionnel c‘est aussi celui d’une grande école de sport qui chaque année permet à des centaines de jeunes nageurs de pratiquer leur sport favori et de s’essayer à la compétition. Dans quelques jours, une vingtaine d’entre eux participeront aux championnats de France jeune à Chalon-sur-Saône : prmi eux, la future star de la natation française … et toulousaine ?

Bilan sportif

565880FinaleCDLJrmeJacques22

Mon bilan … pas de santé, je vous rassure elle est excellente. Bilan politique plutôt. A moins d’un an de la prochaine élection municipale, pourquoi ne pas présenter un premier bilan de mon action municipale ?

Pierre Cohen m’a confié la délégation des sports et des loisirs.Aujourd’hui parlons sport, j’aurais l’occasion de revenir plus tard sur la partie loisirs.
Tout d’abord un préalable. La gauche municipale a critiqué bien des aspects des trente sept années de gestion de droite. L’état déplorable du patrimoine scolaire, l’absence d’ambition sur les transports en commun, la politique du logement inexistante, … fort heureusement je dois avoir l’honnêteté de reconnaître que le sport a échappé à ce marasme général.
Des installations de qualité, des équipes de professionnels qualifiés, disponibles et motivés, des associations nombreuses, … toutes les conditions réunies pour faire de Toulouse la grande ville sportive qu’elle est.
Depuis cinq ans, j’ai travaillé autour de quatre grandes orientations : soutenir la vie associative et amplifier l’aide que nous apportons au fonctionnement des clubs ; permettre une meilleure coordination entre les disciplines et favoriser la concertation entre la ville et la famille sportive toulousaine ; entretenir, développer, réhabiliter ou construire des installations sportives toujours plus performantes ;  favoriser la pratique du sport loisir.
SOUTENIR LA VIE ASSOCIATIVE SPORTIVE
• L’enveloppe financière consacrée aux subventions des clubs amateurs à été doublée dés le début du mandat. Nous avons accordé la priorité de cette revalorisation aux clubs structurants (en particulier ceux qui disposent d’une importante école de sport), aux clubs féminins et au handisport.
• Un club féminin – TMB Basket – a bénéficié d’un soutien particulier pour accéder au plus haut niveau de sa discipline et rejoindre les clubs élites masculins.
• Les subventions consacrées aux événements sportifs ont été progressivement réorientées au profit du fonctionnement quotidien. En effet la ville de Toulouse n’a pas à se substituer aux fédérations sportives pour porter  financièrement l’organisation des compétitions et des championnats
FAVORISER LA CONCERTATION
• Le Parlement du Sport, structure de démocratie participative, a été créé. Il réunit la famille toulousaine du sport : les clubs sportifs, les fédérations, les fédérations scolaires et universitaires, la médecine du sport, etc. Inscrit dans le dispositif de démocratie locale, son objectif est d’échanger, de partager des expériences, de débattre, pour réfléchir à des propositions collectives. Espace d’expertise, d’entraide et de ressource, ce laboratoire travaille à l’optimisation de l’utilisation des installations sportives, à la promotion du sport vers tous les publics, à encourager le bénévolat.
• Le Centre de ressources du Parlement du sport programme des rencontres thématiques pour permettre aux clubs de disposer d’informations pertinentes en rapport avec leur projet sportif : la Convention collective du Sport, le Service Civique, la subvention CNDS, la responsabilité du dirigeant associatif, la communication…
• Une lettre d’information – newsletter – a été créée en complément du Parlement du Sport. Elle parvient tous les 15 jours à l’ensemble des clubs et au-delà à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent au sport toulousain
DES INSTALLATIONS SPORTIVES PLUS PERFORMANTES
• Au-delà de l’entretien quotidien et des petites réparations, les installations sportives ont été l’objet de procédures de mutualisation et d’optimisation. Par exemple, les créneaux d’ouverture de nombreuses installations sportives ont été étendus pour permettre une plus large utilisation.
• Des programmes de réhabilitation ont été lancés :
– Rénovation du Stadium pour accueillir l’Euro 2016 et des spectacles musicaux
– Démolition et reconstruction du Gymnase de L’Hers
– Rénovation et extension du Gymnase de Rangueil pour en faire un équipement dédié à la gymnastique
– Le complexe patinoire-piscine Alex Jany a été ouvert en 2012
– La piscine Job a été ouverte en 2012
– Un audit d’implantation des piscines à l’échelle de la métropole a été réalisé. Il permettra dès 2014 la mise en place d’un plan piscine à l’échelle de l’agglomération.
– La rénovation-reconstruction du Complexe Sportif Arnauné a été entreprise pour pouvoir disposer d’un stade de rugby-foot de 10 000 places
– Le complexe sportif Daniel Faucher a été acquis par la ville pour insérer ses installations sportives dans le projet de réhabilitation de l’Ile du Ramier
– Un vaste plan de construction de terrains synthétiques a été développé. Deux à trois terrains sont aménagés chaque année. A la fin du mandat, chaque club de quartier structurant disposera d’un terrain synthétique dans ses installations.
FAVORISER LA PRATIQUE DU SPORT LOISIRS
• La création d’équipements destinés à la pratique du sport loisirs a été une priorité du mandat
• Un Plan Pluriannuel d’investissements pour la création ou la rénovation de City stades a été mis en place : Ces équipements installés sur l’ensemble de la ville, ouverts à tous, permettent la pratique en accès libre de plusieurs disciplines : skate, tennis, football, volley, basket, hand, hockey, athlétisme, pétanque … .  Chaque année 500 000 euros sont consacrés à ce plan.
• Un équipement dédié à la pratique des sports urbains – Bowl – est en cours d’aménagement aux Ponts Jumeaux
• Les créneaux d’occupations des piscines ont été complètement revus. Désormais le temps d’ouverture au public est de plus de 60 %.
• Des événements consacrés à la pratique sportive sont désormais organisés chaque année par la municipalité en complément de manifestations sportives associatives : la Foulée des Mille Pattes, le Festoval …
CHIFFRES CLÉS
• La fréquentation des installations sportives a augmenté de 15 % depuis 2008
• 400 000 heures par an d’utilisation des installations sportives
• Plus de 500 stages sportifs sont organisés chaque année par la ville pour près de 15000 toulousains
• 7 millions d’euros de subventions sont distribués chaque année aux clubs toulousains
• Le budget des sports de la Ville de Toulouse est de 44 millions d’euros
1 21 22 23 24 25