Belle saison pour le Toulouse Métropole Basket

201205131194

Hier soir se tenait, au petit Palais des Sports, le dernier match à domicile pour le Toulouse Métropole Basket.

Face à Lyon, cette belle saison s’est malheureusement terminée sur une défaite et prive nos basketteuses des playoffs. Pourtant le contrat est rempli : le maintien dans l’élite au terme d’une première année au plus haut niveau.
La ville de Toulouse a particulièrement soutenu ce projet symbole de notre volonté de mettre l’accent sur le sport féminin.
L’objectif était clair : installer sur les premières marches du sport français un club toulousain féminin en lui donnant des moyens nécessaires à son développement. Subvention doublée, mise à disposition du Palais des Sports, mobilisation de nos équipes aux cotés des dirigeants du club, … ce nouvel environnement a permis au basket féminin de sortir de l’ornière des années passées et de créer une véritable dynamique autour de lui.
En effet, ce qui fait la force et l’intérêt de ce projet c’est qu’il s’appuie sur une véritable politique de formation qui dans quelques années assurera au club la pérennité sportive.
Il fallait une vitrine supplémentaire pour le sport féminin toulousain : aux cotés des filles du TFC, des nageuses du Toec, du CT GYM, de la nation synchronisé, du rugby à XIII, de l’athlétisme, …le Toulouse Métropole Basket va désormais pouvoir poursuivre son développement et essayer de jouer les premiers rôles dans le basket national et peut-être demain européen. C’est en tous cas l’objectif que Philippe Legname, président de la Ligue Nationale de Basket Féminin est venu proposé hier soir, après le match, aux dirigeants, aux partenaires, au staff et aux joueuses du club. Prenant la parole juste après lui, je ne l’ai pas contredis.

La longue histoire des Dauphins

Dauphins

Hier nous avons, avec Pierre COHEN, remis à Jean-Louis TOURENQ  la médaille d’honneur de la Ville de Toulouse. Durant 20 années, Jean-Louis TOURENQ a présidé le club et poursuivi la légende débutée au début du XXe siècle pour en faire un des clubs les plus titrés de la natation française.

L’histoire des Dauphins est longue.  Elle se conjugue avec celle du TOEC,  né en 1908 de la fusion du Toulouse Olympique et du Toulouse Employé Club. Si l’aventure de ce club omnisports prestigieux s’écrit d’abord avec le rugby,  la section de natation qui débute dans la Garonne ou dans le canal de Brienne va très vite  devenir un pôle de référence. D’abord aux Ponts Jumeaux puis à partir du début des années 30 au Parc des Sports (l’actuel complexe Alfred Nakache) le club va se développer : Christian TALLI sera en premier nageur sélectionné aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936.

Depuis, c’est au plus haut niveau international que les générations de nageuses et de nageurs se succèdent et écrivent  l’histoire des Dauphins. Cette histoire c’est celle d’un entraineur Alban MINVILLE qui coacha la génération des Alfred NAKACHE, Alex JANY, Jean BOITEUX, ce dernier devenant en 1952 champion olympique sur 400m nage libre. Plus récemment c’est celle de Solenne FIGUES, championne du monde en 2005, de Malia METELLA médaille d’argent aux jeux olympiques de 2004, de Coralie BALMY championne d’Europe en 2008.
Aujourd’hui autour de Mehdy METELLA, de Julien SAUVAGE, d’Ophélie-Cyrielle ETIENNE, le club, désormais présidé par Vincent GARDEAU, poursuit sa prestigieuse route.
Mais ce parcours d’élite exceptionnel c‘est aussi celui d’une grande école de sport qui chaque année permet à des centaines de jeunes nageurs de pratiquer leur sport favori et de s’essayer à la compétition. Dans quelques jours, une vingtaine d’entre eux participeront aux championnats de France jeune à Chalon-sur-Saône : prmi eux, la future star de la natation française … et toulousaine ?

Bilan sportif

565880FinaleCDLJrmeJacques22

Mon bilan … pas de santé, je vous rassure elle est excellente. Bilan politique plutôt. A moins d’un an de la prochaine élection municipale, pourquoi ne pas présenter un premier bilan de mon action municipale ?

Pierre Cohen m’a confié la délégation des sports et des loisirs.Aujourd’hui parlons sport, j’aurais l’occasion de revenir plus tard sur la partie loisirs.
Tout d’abord un préalable. La gauche municipale a critiqué bien des aspects des trente sept années de gestion de droite. L’état déplorable du patrimoine scolaire, l’absence d’ambition sur les transports en commun, la politique du logement inexistante, … fort heureusement je dois avoir l’honnêteté de reconnaître que le sport a échappé à ce marasme général.
Des installations de qualité, des équipes de professionnels qualifiés, disponibles et motivés, des associations nombreuses, … toutes les conditions réunies pour faire de Toulouse la grande ville sportive qu’elle est.
Depuis cinq ans, j’ai travaillé autour de quatre grandes orientations : soutenir la vie associative et amplifier l’aide que nous apportons au fonctionnement des clubs ; permettre une meilleure coordination entre les disciplines et favoriser la concertation entre la ville et la famille sportive toulousaine ; entretenir, développer, réhabiliter ou construire des installations sportives toujours plus performantes ;  favoriser la pratique du sport loisir.
SOUTENIR LA VIE ASSOCIATIVE SPORTIVE
• L’enveloppe financière consacrée aux subventions des clubs amateurs à été doublée dés le début du mandat. Nous avons accordé la priorité de cette revalorisation aux clubs structurants (en particulier ceux qui disposent d’une importante école de sport), aux clubs féminins et au handisport.
• Un club féminin – TMB Basket – a bénéficié d’un soutien particulier pour accéder au plus haut niveau de sa discipline et rejoindre les clubs élites masculins.
• Les subventions consacrées aux événements sportifs ont été progressivement réorientées au profit du fonctionnement quotidien. En effet la ville de Toulouse n’a pas à se substituer aux fédérations sportives pour porter  financièrement l’organisation des compétitions et des championnats
FAVORISER LA CONCERTATION
• Le Parlement du Sport, structure de démocratie participative, a été créé. Il réunit la famille toulousaine du sport : les clubs sportifs, les fédérations, les fédérations scolaires et universitaires, la médecine du sport, etc. Inscrit dans le dispositif de démocratie locale, son objectif est d’échanger, de partager des expériences, de débattre, pour réfléchir à des propositions collectives. Espace d’expertise, d’entraide et de ressource, ce laboratoire travaille à l’optimisation de l’utilisation des installations sportives, à la promotion du sport vers tous les publics, à encourager le bénévolat.
• Le Centre de ressources du Parlement du sport programme des rencontres thématiques pour permettre aux clubs de disposer d’informations pertinentes en rapport avec leur projet sportif : la Convention collective du Sport, le Service Civique, la subvention CNDS, la responsabilité du dirigeant associatif, la communication…
• Une lettre d’information – newsletter – a été créée en complément du Parlement du Sport. Elle parvient tous les 15 jours à l’ensemble des clubs et au-delà à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent au sport toulousain
DES INSTALLATIONS SPORTIVES PLUS PERFORMANTES
• Au-delà de l’entretien quotidien et des petites réparations, les installations sportives ont été l’objet de procédures de mutualisation et d’optimisation. Par exemple, les créneaux d’ouverture de nombreuses installations sportives ont été étendus pour permettre une plus large utilisation.
• Des programmes de réhabilitation ont été lancés :
– Rénovation du Stadium pour accueillir l’Euro 2016 et des spectacles musicaux
– Démolition et reconstruction du Gymnase de L’Hers
– Rénovation et extension du Gymnase de Rangueil pour en faire un équipement dédié à la gymnastique
– Le complexe patinoire-piscine Alex Jany a été ouvert en 2012
– La piscine Job a été ouverte en 2012
– Un audit d’implantation des piscines à l’échelle de la métropole a été réalisé. Il permettra dès 2014 la mise en place d’un plan piscine à l’échelle de l’agglomération.
– La rénovation-reconstruction du Complexe Sportif Arnauné a été entreprise pour pouvoir disposer d’un stade de rugby-foot de 10 000 places
– Le complexe sportif Daniel Faucher a été acquis par la ville pour insérer ses installations sportives dans le projet de réhabilitation de l’Ile du Ramier
– Un vaste plan de construction de terrains synthétiques a été développé. Deux à trois terrains sont aménagés chaque année. A la fin du mandat, chaque club de quartier structurant disposera d’un terrain synthétique dans ses installations.
FAVORISER LA PRATIQUE DU SPORT LOISIRS
• La création d’équipements destinés à la pratique du sport loisirs a été une priorité du mandat
• Un Plan Pluriannuel d’investissements pour la création ou la rénovation de City stades a été mis en place : Ces équipements installés sur l’ensemble de la ville, ouverts à tous, permettent la pratique en accès libre de plusieurs disciplines : skate, tennis, football, volley, basket, hand, hockey, athlétisme, pétanque … .  Chaque année 500 000 euros sont consacrés à ce plan.
• Un équipement dédié à la pratique des sports urbains – Bowl – est en cours d’aménagement aux Ponts Jumeaux
• Les créneaux d’occupations des piscines ont été complètement revus. Désormais le temps d’ouverture au public est de plus de 60 %.
• Des événements consacrés à la pratique sportive sont désormais organisés chaque année par la municipalité en complément de manifestations sportives associatives : la Foulée des Mille Pattes, le Festoval …
CHIFFRES CLÉS
• La fréquentation des installations sportives a augmenté de 15 % depuis 2008
• 400 000 heures par an d’utilisation des installations sportives
• Plus de 500 stages sportifs sont organisés chaque année par la ville pour près de 15000 toulousains
• 7 millions d’euros de subventions sont distribués chaque année aux clubs toulousains
• Le budget des sports de la Ville de Toulouse est de 44 millions d’euros

Dialogue et démocratie Rive Gauche

Commission de quartier

On connait la rengaine : « la mairie ne concerte pas, n’écoute pas ». J’ai souvent remarqué que le manque de démocratie était la première critique de toute opposition. Jeune conseiller municipal d’opposition, j’ai moi même abusé de « l’argument » à profusion lorsque la droite était majoritaire au Capitole.

Depuis 2008 nous avons mis au point une organisation de démocratie locale exigeante.
Elle est basée sur le découpage de notre ville en six secteurs qui préfigurent ce que pourraient être, un jour, six arrondissements. Dans chaque secteur des quartiers où deux élus travaillent avec les associations et sont à la disposition des habitants.
Avec ma collègue Dominique PY nous sommes les élus délégués au quartier 2 du secteur Rive Gauche.
Ce soir, nous organisions, avec la participation de Nicolas TISSOT adjoint au maire responsable du secteur,  une commission de quartier, c’est à dire une réunion régulière – une fois par trimestre environ – où tous les habitants du quartiers sont conviés. Début à 18h 30 et fin impérative à 20h, match France-Espagne oblige.
L’ordre du jour a été conjointement établi par les élus, les associations, les représentants des commerçants, des syndics, … . Au menu, la fête du quartier, les travaux du tramway et les aménagements de proximité.
J’apprécie beaucoup ses rencontres. Elles sont l’occasion d’échanges nourris, de questions, de suggestions. Il y a beaucoup d’habitués qui ne ratent aucunes réunions, des habitants intéressés par une question de l’ordre du jour et même un militant de l’UMP qui marque scrupuleusement tout ce que je dis et qui prend en photos les plans que nous projetons.
A ces commissions de quartier il convient d’ajouter les nombreuses réunions de concertation sur un projet, un aménagement, une réglementation de stationnement … au total depuis le début du mandat c’est près d’une centaine de réunions de démocratie locale que nous avons organisé, avec Dominique et Nicolas, sur le quartier.

Un TO pour l’Angleterre …

TO vs Lescure - Le 27 Octobre 2012 - Photos P. BAYLAC

Hier se tenait au Stade Arnauné un match de championnat de France de rugby à XIII opposant le Toulouse Olympique XIII à Limoux.

Moins populaire dans nos contrées que son cousin à XV, le rugby à XIII compte néanmoins beaucoup de supporteurs et un public passionné. Notre club toulousain, le TO comme disent les initiés, a été créé en 1937. A 4 reprises – 1965, 1973, 1975 et 2000 – il sera sacré champion de France.

Au début des années 2000, le club, sous l’impulsion de son président Carlos Zalduendo – devenu cet année président de la Fédération Française – décide de suivre l’exemple des Dragons Catalans de Perpignan et de postuler pour disputer la prestigieuse Super League anglaise. Non retenu le club se tournera vers une autre compétition anglaise, la Championship avant de réintégrer la saison passée le championnat de France.

Mais l’aventure anglaise n’est pas terminée. Avec le soutien de la ville de Toulouse le club va prochainement présenter un nouveau dossier d’accession à la Super League avec cette fois un atout supplémentaire et indispensable : la réhabilitation du Stade Arnauné pour répondre au cahier des charges britannique. Un stade rénové, pouvant accueillir 10 000 spectateurs (assis et debout), des vestiaires, des loges, des lieux de réception adaptés … ce stade sera également un équipement destiné à accueillir des matchs qui ne peuvent se dérouler au stadium.

Une voie pour désenclaver le sud-est

Unknown-1

En fin de matinée, j’ai participé à l’inauguration de la Liaison Multimodale Sud-Est appelée le plus souvent LMSE.

Cet axe de 5 kms  améliore  la qualité de la circulation et des échanges entre les quartiers sud-est de Toulouse depuis Ramonville, Montaudran et les quartiers en devenir de Malepère et Marcaissonne, les communes de Saint-Orens et Quint-Fonsegrives.
C’est donc un nouvel équipement métropolitain destiné à favoriser les transports en commun et les modes de déplacements doux.
L’élaboration de ce projet fut l’objet d’une lourde discussion entre les partisans de la création d’un tracé respectueux de l’environnement et du Canal du Midi et le président de TISSEO de l’époque,  un certain Jean-Luc Moudenc.  Ce dernier avait envisagé de construire un nouveau pont sur le canal du Midi,  endommageant à jamais un site exceptionnel classé pourtant au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
Heureusement, la mobilisation citoyenne reçue un renfort indispensable au travers de la déclaration d’utilité publique qui autorisa le projet mais refusa le saccage naturel proposé par Jean-Luc Moudenc en imposant un trajet alternatif  au travers de l’université.
Relancé en 2008 la LMSE vient de rentrer en service. Cette nouvelle voie multimodale dessert 11 stations et permet des liaisons interquartiers grâce à une complémentarité métro/vélo/bus.

Chiffres clés

Coût du projet : 69 millions d’euros TTC
Financement : 40% Toulouse Métropole et 60% SMTC
5 kilomètres de longueur
11 nouvelles stations
8 lignes réaménagées
35 000 étudiants bénéficiaires de cette nouvelle voie
300 entreprises desservies

Conférence de presse

Fiers

Ce matin, le Parti Socialiste toulousain organisait une conférence de presse pour présenter la campagne de communication « fiers de Toulouse, fiers de la gauche« .

En ma qualité de président du groupe Socialiste Radical et Républicain de la mairie de Toulouse, Emmanuel Auger, le nouvel animateur du comité de ville du Parti Socialiste m’avait invité à ses côtés.
Depuis cinq ans une nouvelle majorité politique, autour de Pierre Cohen, s’est installée au Capitole.  Elle réunit des socialistes, des radicaux, des écologistes, des communistes, et des personnalités de gauche indépendantes des partis politiques.  Et depuis cinq ans, sans aucune pudeur ni aucun inventaire sur les 37 années qu’elle a passé aux affaires, la droite toulousaine pilonne, caricature autour d’une rhétorique simple : tout ce qui marche est dans la continuité de leur action passée, tout ce qui est nouveau est mauvais.
Si l’on en croit les remarques de nombreux toulousains, et même un récent sondage, les choses sont peut-être moins évidentes que ne le croit l’UMP de Jean-Luc Moudenc.

Depuis 2008, nous avons pris nos responsabilités et nous travaillons. Notre action est fondée sur les valeurs essentielles de la gauche, partagées par de nombreux toulousains : la justice sociale, la solidarité et la laïcité. Incontestablement Toulouse change. Chacun peut avoir son opinion sur la réalité de ce changement c’est la loi du débat politique et les prochaines élections municipales permettront à tous ceux qui le souhaitent de s’exprimer. En attendant ce rendez-vous démocratique les socialistes toulousains ont simplement voulu rappeler que beaucoup de toulousaine sont simplement satisfaits de l’action municipale, fiers de Toulouse, fiers de la gauche.

Pour visionner la vidéo présentant le document qui sera distribué dans les prochains jours dans les boîtes aux lettres des toulousains cliquez sur le lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=jHv8GtQELJo&feature=youtu.be

Pour télécharger le document : http://francoisbriancon.fr/wp-content/uploads/2013/03/Tract-Fiers-de-Toulouse-fiers-de-la-gauche.pdf

Vert et blanc contre rouge et noir

201206081988_zoom

J’ai rencontré aujourd’hui les dirigeants d’un club de rugby toulousain, le FCTT,  dont la saison va s’arrêter le mois prochain faute de qualification pour les phases finales du championnat de fédérale 3 qu’il dispute.

Implanté prés de l’école vétérinaire, au-dessus du Zénith,  ce club ne dira pas grand-chose aux non-initiés.

Pourtant il suffit d’expliquer que le FCTT  est né, en 2000, de la fusion de deux clubs historiques : le TOAC mais surtout le TOEC.

En effet, la légende du rugby toulousain, que perpétue aujourd’hui le stade toulousain, n’aurait pu s’écrire sans le TOEC.

Richard Astre, Élie Cester, Jean Salut, Philippe Rougé-Thomas, Guy Gasparotto, Éric Bonneval, Jean-Pierre Rives… ce ne sont que quelques-uns des joueurs prestigieux qui ont évolué dans le club et lui ont permis entre 1953 et 1971 d’appartenir à l’élite du rugby français. Cette réussite c’est avant tout celle des entraîneurs et d’un président exceptionnel – George Aybram – qui pendant plus de 30 ans dirigera le club.

C’est au début du siècle, très exactement en 1907 que le Toulouse Olympique Employé Club est né.  Club omnisports il a écrit ses plus belles lettres de noblesse dans l’encre du rugby mais aussi dans celle de la natation où il brille encore aujourd’hui avec les Dauphins du TOEC.

Dès sa création le TOEC Rugby et ses couleurs vertes et blanches s’opposent à son rival en rouge et noir.

Le TOEC Rugby n’aura jamais le palmarès de son prestigieux voisin :  en 1958, puis en 1966 il atteindra les huitièmes de finale du championnat de France ; en 1944 il remportera la coupe de France et en 1968 le challenge de l’Espérance.

Mais au-delà de ces trophées,  le TOEC Rugby c’est avant tout une fantastique école qui bien au-delà de son heure de gloire formera jusqu’à la fin des années 70 des quantités de joueurs qui évolueront ensuite au plus haut niveau du rugby national.

Ce que la Picardie nous apprend de Toulouse

 

Picardie

Décidément, la gauche et la droite ce n’est vraiment pas la même chose.
Pour preuve la situation politique en Picardie,  plus exactement dans l’Oise, circonscription de Beauvais Sud . Nous le savons depuis hier soir le second tour des élections législatives partielles opposera le député sortant Jean-François Mancel (UMP) à la candidate du Front National Florence Italiani. Depuis l’annonce des résultats, les  commentateurs politiques expliquent l’absence au second tour de la candidate du parti socialiste Sylvie Houssin par les mauvais sondages du Président de la République et du gouvernement.   Ces mêmes commentateurs par facilité,  caricature ou manque d’analyse oublient – peut-être ? – un peu trop vite qu’en juin dernier l’UMP n’avait emporté cette circonscription qu’à l’issue d’une triangulaire où le Front National avait  déjà réalisé plus de 23 % des voix. Il n’est donc pas si étonnant qu’avec une participation moindre et dans la situation politique comme nous connaissons le second tour oppose la droite et l’extrême droite.

Mais mon propos n’est pas de commenter une élection ou un territoire que je connais peu.
Ce qui m’a frappé c’est l’annonce immédiate du premier secrétaire du parti socialiste Harlem Désir pour un désistement républicain des voix socialistes en faveur de l’UMP.

Autre temps, autre moeurs…   Souvenons-nous des élections cantonales de 2011 en Haute-Garonne, chez nous. Dans plusieurs cantons le Front National arrive devant la droite républicaine et se retrouve confronté pour le second tour au candidat du parti socialiste. C’est le cas à Blagnac, Fronton, Montastruc la Conseillère, Muret, Tournefeuille et Toulouse 14.

L’UMP 31 et son président Jean-Luc Moudenc font la sourde oreille, ne donnent aucunes consignes de vote précises et claires. Il faut l’interpellation publique des groupes socialistes, communistes et verts du conseil municipal, un appel dans la presse d’acteurs culturels et d’intellectuels toulousains, pour que, du bout des lèvres Jean-Luc Moudenc ne consente à  murmurer : « le vote pour le FN est exclu ». Ce qui signifie pour ceux qui ne parlent pas le Moudenc dans le texte qu’entre le Front National et le Parti Socialiste on peut éventuellement s’abstenir … . Chacun appréciera … Pour la droite la Picardie n’est pas Toulouse.

 

Deux messages fondamentaux

481191_10200206655902609_567095129_n

Comme l’a écrit Pierre Cohen dans la tribune parue ce matin dans la presse, Toulouse un an après le drame est restée fidèle à ses valeurs.

La marche entre la place Saint-Etienne et le Square Charles-de-Gaulle, puis la cérémonie ont montré, comme il y a un an, la dignité, l’unité et la solidarité des toulousains.
Sobre et émouvant ce rassemblement fut un moment d’émotion partagée mais aussi un moment de vérité.
En effet Pierre Cohen, puis François Hollande ont délivré deux messages qui me paraissent essentiels.
Le premier fut celui du maire de Toulouse qui, en évoquant le souvenir de Calas, de Jaurès, des migrations successives a montré que notre ville n’est pas celle qui a été décrite par les médias du monde entier : « Ce n’est pas la « vraie » Toulouse. Toulouse, c’est l’histoire d’une culture pacifiste, humaniste, laïque, empreinte de tolérance, qui a toujours été fière de ses droits et consciente de ses devoirs.« 
Le deuxième est celui du président de la République en parlant du terrorisme qui « ne suppose aucun relâchement, aucune faiblesse, aucune négligence« . Cette fermeté républicaine, a t-il dit, c’est aussi celle qui doit nous guider dans la lutte contre l’antisémitisme : « les enfants de Toulouse sont morts» pour «la même raison que ceux du Vel d’Hiv et de Drancy: parce qu’ils étaient juifs ».
Deux messages fondamentaux pour Toulouse et pour le vivre ensemble
1 22 23 24 25 26