Un plan climat pour la métropole

Ce n’est pas l’un des sujets qui fait régulièrement la une de l’actualité locale, pourtant je pense que la mise en place de Plan Climat 2012 – 2020 constitue l’un des points forts de  l’action municipale de la gauche toulousaine.

Le Plan Climat a été élaboré à l’échelle de la métropole toulousaine. Il est donc par la Communauté Urbaine qui l’ a adopté en mars 2012.

Son objectif est simple : mettre en place des actions précises pour qu’à l’échelle de notre territoire le développement durable soit une démarche réelle, efficace et globale.

Au-delà des mots qui ne pourraient êtres que des catalogues de bonnes intentions –  comme trop souvent en matière environnementale – des objectifs concrets ont été fixés jusqu’en 2020 :

• réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire de la métropole

• améliorer de 20 % l’efficacité énergétique

• porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale et doubler la production d’énergie renouvelable

Pour répondre à ces ambitions, 130 actions ont été élaborées à travers une large concertation qui a réuni plus de 500 acteurs : entreprises, élus, agents publics, chercheurs, associations …

Il serait fastidieux de les citer toutes les mesures envisagées mais le plan d’action peut être téléchargé dans son intégralité  à l’adresse suivante : http://www.toulouse-metropole.fr/missions/developpement-durable/plan-climat/

S’il ne fallait citer qu’une de ces mesures je retiendrai la création d’une Autorité Organisatrice de l’Énergie pour consommer, produire et distribuer de l’énergie intelligemment.  Pour atteindre cette « sobriété énergétique » la Métropole va coordonner les stratégies de réduction des consommations d’énergies, optimiser la production et la distribution de ces énergies et bien entendu développer très largement les énergies renouvelables.

Il est étonnant et peut-être contradictoire  que notre opposition – qui s’oppose avec force au développement des transports en commun-  se félicite de la mise en place de ce Plan Climat.  Mais il est vrai que  la droite toulousaine n’est plus à une contradiction près.

 

Pour la mémoire d’Imad Ibn Ziaten

hommga_2_1

Ce matin avait lieu le dévoilement d’une plaque à la mémoire de l’adjudant Imad Ibn Ziaten lâchement assassiné le 11 mars dernier près du gymnase du Château de l’Hers.

L’ensemble des communautés religieuses, des institutions politiques, judiciaires, de nombreux élus et beaucoup de toulousains étaient rassemblés autour de Lafita Ibn Ziaten, venue, avec sa famille, honorer la mémoire de son fils.
Comme Pierre Cohen l’a rappelé « les victimes n’étaient pas seulement des enfants ou des adultes juifs, catholiques ou musulmans. Ils étaient nos enfants. Ils étaient tous des enfants de la République. Et c’est bien la République toute entière qui est fragilisée quand on porte ainsi atteinte à ses membres, quels qu’ils soient, dans toute leur diversité ». En effet c’est bien de la République qu’il s’agit :  la République qui accueille, la République  qui forme,  la République qui accompagne, la République qui protège.
La lutte contre le terrorisme est un combat de tous les instants pour laquelle la République ne doit avoir aucun relâchement, aucune faiblesse. C’est pour cela que l’enquête sur le dysfonctionnement de certains de nos services de renseignements et de police doit se poursuivre et aboutir.
Face au racisme et à l’antisémitisme, dans leurs manifestations quotidiennes ou dans le terrorisme, la République doit-être et sera toujours la plus forte. Elle l’a toujours montré dans l’histoire en se dressant pour défendre ses valeurs contre ses pires adversaires.
Dimanche 17 mars, c’est tous les républicains qui doivent se retrouver place du Capitole pour rappeler que la République que nous souhaitons, que nous aimons n’est pas celle du fanatisme, de la violence, du repli communautaire. La République que nous voulons c’est celle de la tolérance, du vivre ensemble et du respect. C’est aussi celle qui « affirme le droit et impose le devoir » comme l’écrivait Victor Hugo.

Le 8 mars est bien un jour de lutte

SH-150x150

Beaucoup  l’ont oublié, mais la journée internationale des droits des femmes  a été instituée en 1921 par Lénine en hommage aux ouvrières de Saint-Pétersbourg  qui avaient manifesté en nombre le 8 mars 1917.
Le 8 mars est donc bien un jour de lutte.
Certes nous sommes loin des revendications initiales portées par la ligue spartakiste de Clara Zetkin qui en 1910 avait, la première, proposée une journée annuelle pour l’égalité entre sexe et le droit de vote pour tous. Quoi que…
Pour autant un siècle plus tard c’est bien cette question de l’égalité qui reste d’actualité.
Cette journée est l’occasion de rappeler les inégalités, qui existent entre les femmes et les hommes dans le milieu professionnel, dans le monde politique,  dans la vie quotidienne….   Deux chiffres, parmi tant d’autres, pour résumer cette situation : en France 30 % des femmes exercent une activité à temps partiel contre 6 % des hommes.
Le 8 mars c’est aussi le moment de parler, une fois de plus, des violences  intolérables faites aux femmes.
Je connais beaucoup de personnes qui désapprouvent le principe de cette journée : Selon eux,  il est facile de se donner bonne conscience un jour par an  et oublier le reste de l’année.
Ce n’est pas faux, mais toute prise de conscience, même si elle est organisée et médiatisée un jour par an, est utile.
Chaque 8 mars nous parlons beaucoup, et avec raison, de la situation des femmes dans nos sociétés occidentales et contemporaines. Mais si nous levons la tête,  n’oublions pas que les femmes représentent 70 % des pauvres dans le monde. Que les femmes accomplissent 66 % du travail mondial, produisent 50 % de la nourriture mais ne perçoivent que 10 % des revenus et 1 % de la propriété.
Pour toutes ces raisons, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem et le gouvernement ont eu raison de décréter : « le 8 mars, c’est toute l’année » pour agir chaque jour et passer d’une journée annuelle à la priorité politique.

Rendez-vous le 14 mars au Palais des Sports

201109242048_zoomMalgré la contre performance du récent championnat du monde, le Hand-Ball reste en France un sport populaire et largement pratiqué.
A Toulouse sa place n’est plus à prouver parmi les sports qui comptent. Depuis quelques mois le club a pu se relancer, autour d’un nouveau président et d’un projet sportif affirmé. Le FENIX c’est un club évoluant au plus haut niveau du hand national – où plane la présence discrète mais constante de Claude Onesta – mais c’est aussi une école de sport réputée et le club partenaire féminin, le TFH.
Aujourd’hui, par la volonté municipale, le FENIX est le club toulousain le plus subventionné. Cette année encore le conseil municipal lui a accordé une subvention de 1,2 million d’euros ce qui représente près de la moitié de son budget total (professionnels, amateurs, filles et garçons).
Au Palais des Sports, avec 4000 places, le club dispose d’installations performantes auxquelles viendra s’ajouter, dans 4 ans, le futur Parc des Expositions qui en configuration sport pourra accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs. La ville de Toulouse vient d’ailleurs de déposer sa candidature pour y accueillir des matchs du Championnat du Monde 2017 qui se déroulera en France.
Toutes les conditions sont donc réunies pour faire du FENIX un club important et, je le souhaite, demain, européen. N’hésitez pas à aller encourager le club. Spectacle garanti par Jérôme Fernandez et ses coéquipiers. Samedi le Fenix se déplace à Nantes pour un match de Coupe de France. le prochain rendez-vous à Toulouse, c’est le 14 mars en championnat contre Saint Raphaël.

Retour de blog

Ce n’est pas une bonne résolution, ni une obligation ou encore une contrainte. Juste une envie. Réouvrir mon blog après deux ans d’une absence numérique remplie par les réseaux sociaux. Bon j’avoue que les débats municipaux qui s’annoncent … .
Malheureusement j’ai oublié de renouveler mon nom de domaine : francoisbriancon.com est désormais la propriété d’une entreprise américaine qui veut me le revendre au prix d’un repas pour deux avec vin et dessert compris dans un des meilleurs restaurants de Toulouse … donc j’ai opté pour unfrancoisbriancon.fr
Mais cette migration française aura fait une victime. Mes archives … trois années de blogs … parties vers je ne sais quel cimetière numérique.
Donc je repars à zéro … comme Edith !
1 23 24 25