Pourquoi j’ai voté contre l’exploitation de parkings toulousains par un groupe privé.

7b9bf974284b2a7abdf6e84a8a70bd57

Ce matin, en conseil communautaire de Toulouse Métropole, j’ai voté, comme mes collègues de gauche, contre la délégation des parkings toulousains à un groupe privé.

Alors que se présentait l’opportunité de permettre à la puissance publique d’exploiter directement ou indirectement ces équipements très largement amortis, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse jusqu’en 2020, a choisi de mettre en place une nouvelle délégation de 30 ans !

Je dois préciser que je ne suis pas opposé, comme certains à gauche et par principe, à des délégations des missions du service public à des entreprises privées. Je pense au contraire que les autorités publiques ne savent pas tout faire : dans de nombreux cas l’appel aux compétences des entreprises est souhaitable.

Pour obtenir le marché, Indigo va payer un droit d’entrée de 16 millions d’euros, puis 105 millions estimés de redevance sur la durée de la délégation. Il financera également  la construction du nouveau parking Jean-Jaurès pour un investissement de 27,5 millions d’euros.
Ce qui peut apparaître, au vu de l’importance des sommes, comme une bonne négociation, ne résiste pas une analyse approfondie : pour ne prendre qu’un exemple, imaginez qu’une partie de la redevance ne sera versée qu’à compter de la mise en service de la LGV en 2024, ou plus tard, ou jamais … .
La droite ne s’en cache pas l’objectif est de financer la troisième ligne de métro : en clair, faire venir plus de véhicules dans le centre ville pour permettre le déploiement des transports en commun. Drôle de paradoxe !

Mais au-delà des chiffres, ce qui pose question c’est l’extraordinaire contre-pied de cette décision. En effet, au moment où les enjeux environnementaux sont cruciaux, au moment où les modes et les moyens du transport sont en profonde mutation, il est préjudiciable de se priver de la maîtrise du stationnement. Imaginez un seul instant l’impact que pourrait avoir une grande politique publique du stationnement, volontariste, qui prenne en compte l’écomobilité, l’autopartage, le covoiturage, qui propose des solutions innovantes pour les livraisons, pour l’intervention des artisans ou des professionnels de santé … . 

Malheureusement, la droite toulousaine a choisi : ce sera la  concession au privé au détriment  d’un outil efficace pour la gestion du stationnement dans notre ville.

Au moment où de nombreuses métropoles se réapproprient la gestion du stationnement, Toulouse fait le choix inverse … encore une marche arrière !

2 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai voté contre l’exploitation de parkings toulousains par un groupe privé. »

  1. 30 ans de DSP constitue un droit réel équivalent à un droit de propriété, en acceptant ce contrat la ville dilapide le domaine public, au détriment du contribuable dont la pression fiscale a augmenté de 22,5 % (Toulouse 15 % métropole 7,5 %), le matraquage fiscal se double de la vente au privé du domaine public, et d’un appel au tout voiture qui va nous conduire à suffoquer (dioxyde d’azote, particules de type PM10, ozone, dioxyde de soufre).

  2. Pourquoi se contenter d’une politique de communication par réseaux sociaux ou par Internet? Aucune présence sur le terrain (marchés, boîtage…). La gauche semble muette sur le domaine public, aucun « leader » ne semble se détacher ou se préparer à une campagne municipale qui sera difficile (peut-être y’a-t-il des manoeuvres politiciennes à l’intérieur du parti dont le citoyen n’est bien évidemment pas au courant). Vous laissez un espace incroyable à Moudenc. Que de regrets! Vous ne donnez aucune envie de s’engager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *