Catégories Blog-notes

Tisséo : la droite enlise volontairement le conflit


gx317tisseo109904220820

Depuis maintenant presque un mois, la grève paralyse en grande partie le réseau de transports en commun Tisséo. Ce sont des milliers de Toulousains et d’habitants de l’agglomération qui sont mis en difficulté dans leur quotidien. Faute de moyens de locomotion, certains se trouvent même dans des situations personnelles et professionnelles critiques.

Ce conflit n’a que trop duré. Les négociations au sein de l’établissement ont, historiquement, été toujours menées avec la préoccupation de l’ambition transport, la maîtrise de la dépense publique et la préservation du pouvoir d’achat des agents dans le dialogue social.
 
Aujourd’hui le désaccord qui existe entre les orientations des élus responsables de Tisséo et les salariés doit trouver une issue rapide. Le maire de Toulouse porte la responsabilité des deniers publics, mais aussi celle de la qualité de vie des citoyens.
 
Ce dernier n’était pourtant pas avare de leçons, alors qu’il était dans l’opposition, au moment de l’inauguration de la ligne T1 du tramway en 2013.
Il écrivait en effet dans son blog :  « Quand nous avions inauguré la ligne A du métro en 1993 et la ligne B en 2007, il n’y avait eu aucun conflit social : nous avions anticipé, dialogué en amont avec le Personnel, adapté les conditions et organisations de travail, évalué et actualisé les modes de rémunération. Ce travail n’a visiblement pas été fait correctement cette fois-ci et ce sont, une fois de plus, les usagers-clients de Tisséo qui risquent d’en faire les frais… »
 
Aujourd’hui le dialogue social n’a visiblement plus les faveurs du maire de Toulouse, Président de Toulouse Métropole. Pour une fois, il a raison, ce sont les usagers de Tisséo qui en font les frais …

1 commentaire

Laisser un commentaire

  • Maria de Guadaloupe

    La grève sauvage des bus qui a paralysé un nombre incalculable de personnes au printemps dernier était misérable : salariés et d’étudiants, lycéens, personnes âgées, malades, de tout ceux là, on n’en parle pas.

    Nulle part il n’est mentionné non plus le nombre de salariés qui ont été licenciés à cause de cette grève, ni de ceux qui n’ont pu voir leur CDD reconduit, faute de ne pas être assez riche pour être propriétaire d’un véhicule, ils utilisaient le bus et le métro en toute confiance pour relier leur domicile au travail.

    Preuve est qu’aujourd’hui, ce sont toujours les mêmes qui demandent des augmentations de salaire, privant par la même occasion, des foyers entiers déjà précaires, de leur emploi.
    Combien de foyers travaillant dans le privé ne prendront pas de vacances cet été car ils auront dû prendre sur leurs congés annuels de 5 semaines, pour garder leurs enfants à domicile car pas d’école ni de cantine quand ceux-ci étaient en grève juste avant la grève sauvage de Tisséo ? Ils n’avaient pas les moyens financiers d’engager une assistante maternelle ou étudiant baby-sitter pour pouvoir se rendre au travail quand ils le pouvaient, on y pense à ces personnes là ?

    ***

    Une amie m’a narré un entretien d’embauche qu’elle a eu avec un DRH d’une collectivité territoriale sur Toulouse. Titulaire du RSA depuis 5 ans, parent isolé et un enfant en bas âge, ce DRH (dont je tais le nom ici) a eu le culot de lui demander « si elle se sentait le courage de se lever tôt le matin pour venir travailler 35h par semaine chez eux pendant 4 mois ? Si celà ne lui était pas difficile de se lever le matin pour venir au travail à l’heure », « si ses compétences professionnelles lui permettaient de répondre au téléphone et faire une autre activité en même temps » ce DRH et son sous-fiffre ayant reçu cette maman, qui a dû se rendre à son rendez-vous à pieds, (quelques kilomètres ceci dit en passant) car pas de bus ce jour là (ils étaient tous en grève) se reconnaitront je l’espère.

    Cette maman voulait en finir suite à cet entretien ou plutôt devrais-je dire « cette humiliation en bonne et due forme », il a fallu l’entendre pour le croire. Elle refuse de déposer plainte contre ces personnes, alors je publie ici ce scandale pour elle et pour tous ceux qui subissent ce genre d’humiliations de la part de ces personnes qui se mettent en grève tous les quatre matins en soutien avec « X Y ou Z » : afin que celà ne se reproduise plus jamais, pour qui que ce soit, sur Toulouse ou ailleurs.

    En hommage à ces victimes des grèves de bus de ce printemps 2015 : pour l’amie et son petit, pour tous ceux qui ont souffert de brimades de la part de leurs directeurs et patrons pendant cette grève, sans compter tous ceux qui ont perdu leur unique emploi, à ceux aussi qui ont vu leur CDD non reconduits, ceux qui ont manqué leur entretien d’embauche, et ceux qui n’auront pas pu assister à leur bac blanc, leurs épreuves à l’université.
    Aux personnes âgées précaires à la santé fragile qui ont subi cette injustice et n’ont pu se rendre à leurs activités hebdomadaires ou ont dû annuler leurs rdv médicaux.